Contractions musculaires ou nerveuses

“Un muscle continuellement tendu ou contracté est en fait un muscle épuisé”

Bernard Tisné, Ostéopathe D.O exclusif depuis 34 ans, né en 1957, enseignant et créateur de la Méthode Kyma qui réunit la Libération Émotionnelle et les Thérapies Manuelles et Respiratoires.

Spécialiste des Manipulations Vertébrales ou Structurelles et du Reboutement Occidental, ainsi que des Thérapies Manuelles Asiatiques ( Tuina, Chi Nei Tsang, Shiatsu, Yumeiho etc…) acquises au cours de nombreux voyages en Europe, Asie et à travers le monde.

  • 13, impasse des Glycines – 65310 Horgues (4 km de Tarbes, dans les Hautes Pyrénées) – Tel: 06 80 30 08 80
  • 28, av Lasbordes – 64420 Soumoulou (Pyrénées Atlantiques) – Tel: 06 80 30 08 80

( En activité depuis 34 ans )

“Comment soigner quelqu’un sans percevoir les profondeurs de son esprit?”

L’Ostéopathie sans la gestion du stress n’est rien

Si le buste est raide, le diaphragme et les muscles transverses de l’abdomen ne peuvent bouger librement et le corps n’a pas d’autre choix que d’inspirer avec les muscles des épaules et du cou. A la longue cela aboutit à la raideur de la nuque et des épaules.

On confond trop souvent le mal de dos et les tensions de l’esprit. Ramener tous les problèmes de dos à de simples contractions musculaires est absurde car trop restrictif et le plus court chemin pour agir sur le corps est de passer par l’esprit.

La douleur résulte de l’ébranlement momentané d’une chaîne musculaire ou d’un choc psychique. Quelque chose survient auquel on ne s’attendait pas, le conjoint qui nous laisse, une mort, la perte d’un travail etc. Tout ceci fait que notre esprit par réaction se tend. Et que fait un esprit tendu? il contracte tous les muscles du corps.

Si le problème se résout dans les jours qui suivent alors les tensions disparaissent toutes seules mais si la situation perdure, la contraction s’installe et s’amplifie avec le temps.

“la souffrance morale est la perte de connexion avec l’essence de son être”

Douleurs de l’esprit, relâchement musculaire et esprit Zen

“La peur d’être malade pousse l’homme à la surconsommation de régimes et de méthodes de toutes sortes, mais quelle est la méthode qui le guérira de l’angoisse, cause première de son mal être et qui aboutit à la maladie?”

Au bout de plusieurs décennies de pratiques, j’entends toujours la même question qui revient en boucle.

”J’ai tout essayé pendant des années pour me détendre et me relaxer mais je suis toujours aussi fatigué et tendu. J’ai fait du yoga, de la sophrologie, de l’hypnose, de la méditation, des techniques de breathwork, beaucoup d’étirements et pleins d’autres méthodes spirituelles ou autres, mais je suis toujours aussi contracté. Malgré tous mes efforts, les choses s’empirent avec le temps. Ma respiration est saccadée et je n’arrive toujours pas à me détendre et à être Zen. Comment arriver à me relaxer? “

La réponse est très simple:

Libérez-vous de vos doutes, de vos peurs, de vos angoisses, de vos craintes et débarrassez-vous de vos cuirasses sans quoi le résultat obtenu quel que soit le thérapeute ou la thérapie ne sera que temporaire.

La paix de l’esprit et le lâcher prise ne peuvent s’acquérir par une technique manuelle ou spirituelle. Les blessures de l’âme ou la souffrance intérieure ne peuvent être résolues par des exercices quels qu’ils soient.

Quelque soit la méthode employée, que cette méthode soit personnelle, ou avec l’aide d’un praticien, elle est vouée à l’échec s’il n’y a pas un relâchement total de l’esprit et la seule personne qui peut vous détendre réellement c’est vous et cela se fait sans techniques.

Il ne peux exister de méthodes spéciales ou de techniques particulières mentales, physiques, spirituelles ou secrètes.

Toutes ces méthodes ne peuvent agir que sur la surface de votre être. Chassez le naturel et il reviendra au galop dès le moindre problème ou à la moindre contrariété.

La fluidité corporelle ne peut être atteinte que par l’absence de force. Se relaxer, c’est l’absence de conflits internes ou externes. Tout le reste n’est que pure utopie. Il ne peut avoir de méthodes efficaces ou “magiques” sans un relâchement total de l’esprit.

L’Énergie n’est pas quelque chose de mystique que l’on acquiert par des exercices de Yoga, de méditations ou autres techniques secrètes. Elle se manifeste naturellement quand l’esprit est libre de tout conflits et que le Souffle est libéré.

Mais alors que faire puisqu’il n’y a pas de techniques?

Abandonner le fait d’être sur la défensive et le contrôle car toute contraction est une forme de défense.

Peut-être est-il nécessaire de guérir une blessure d’un passé récent ou d’un passé lointain, ou de votre système familial, ou d’un blocage émotionnel, mental, physique ou spirituel qui produit un déséquilibre dans votre présent.

Il faut arriver à voir où est la NON ACCEPTATION qui crée cette dualité. Il y a toujours “plusieurs lectures” d’une même chose.

Le simple fait d’employer une technique fait que l’on est encore dans la dualité. On cherche à transformer ce qui est (l’état présent actuel) par quelque chose que l’on aimerait (un autre état d’être) que l’on estime meilleur.

Vouloir modifier un état intérieur par une technique est un combat contre soi même perdu d’avance. Le simple fait de rechercher cet état de bien être nous éloigne de lui.

Cette volonté de transformation est encore une dualité entre un présent et un état d’être futur supposé meilleur que l’on voudrait acquérir et que fait un esprit dans la dualité? Il se contracte encore plus.

Il y a bien quelque chose à faire pour lâcher prise?

Au moindre changement émotionnel ou d’état la respiration d’un individu se modifie. Pratiquement tous les êtres modernes souffrent d’une respiration bloquée.

Vous remarquerez que quand vous êtes tendu, anxieux ou inquiet, votre souffle devient court et votre respiration n’est pas complète car vous la retenez inconsciemment.

Abandonnez simplement votre souffle et lâchez votre respiration. C’est tout. La détente intérieure ou musculaire se fera toute seule sans aucun efforts de votre part. Le plus important ce n’est pas de chercher à respirer selon une méthode particulière ni à chercher de l’air mais d’abandonner sa respiration.

Peu importe si vous respirez par le ventre ou la poitrine. Toutes les postures sont bonnes que vous soyez debout ou assis. Ne pas se relaxer dans une seule position.

Lâchez tout. Ne retenez pas. N’imposez aucunes contraintes ou rythmes respiratoires de force. Contentez vous d’observer cette respiration. Ne soyez pas dans l’action en faisant un exercice de Pranayama ou autre mais soyez juste un témoin.

Il faut supprimer toute intention de transformation par une respiration particulière ou un rythme spécifique avec des inspirations et des respirations calculées suivies de retentions contrôlées censés vous détendre?

La paix de l’esprit ne peut être obtenue par la force ou la volonté. Il faut laisser faire, oublier tous les exercices contraignants de respirations abdominales ou autres et laisser se faire…..

Le lâcher prise, la détente musculaire et l’absence de tensions sont juste une question d’abandon de soi et de respiration naturelle et ils viendront automatiquement par l’absence totale de contrôle.

“L’idée qu’il existe une sorte de respiration correcte que l’on acquiert par le contrôle conscient de notre respiration est une erreur.”

Respiration naturelle ou contrôlée?

Le “bon rythme” respiratoire d’une personne peut être un cauchemar pour une autre.

La respiration est affectée par un large éventail de facteurs physiologiques et psychologiques (état d’esprit et sentiments).

Vouloir imposer et modifier par la contrainte un rythme respiratoire particulier sur des durées inspiratoires et expiratoires avec des retentions chronométrées est très en vogue de nos jours mais cela peut parfois engendrer un trouble supplémentaire si on ne modifie pas la cause première (le plus souvent émotionnelle) qui a crée cette façon de respirer.

Il n’y a pas de souffle magique ou de respiration standard selon des normes biens définies sur un papier. Les gens respirent différemment avec des rythmes propres à chacun parce qu’ils doivent respirer ainsi.

Notre souffle reflète essentiellement notre vécu qu’il soit difficile, traumatique ou apaisant.

Pour certaines personnes, les naissances traumatiques, les infections, les maladies pulmonaires, l’asthme, les crises ou les accidents peuvent établir des schémas de survie respiratoire. Leurs façons de respirer s’adaptent en fonction de leurs vécus infectieux (maladies et traumatismes divers ) ou de l’état émotionnel antérieur ou actuel.

Le cerveau connait d’instinct la respiration la plus adaptée pour le corps à chaque instant de notre vie et l’exemple le plus flagrant est celui d’une personne qui court. Chaque sportif à son propre rythme et le cerveau régule ce rythme en fonction de l’effort. Au moment ou vous montez une pente la respiration s’accélère et se ralentit lorsque vous vous reposez.

Il s’agit pour lui de maintenir cette homéostasie (le bon équilibre d’oxygène et de dioxyde de carbone) dans un processus reposant sur le mouvement, la pensée ou le sentiment.

Vous viendrez il à l’idée pendant que vous faites un footing, d’inspirer pendant 5 secondes, d’arrêter de respirer 3 secondes et de souffler ensuite pendant 5 autres secondes et ainsi de suite pendant tout le trajet?

Les seules certitudes scientifiques sur la respiration que l’on a selon les études les plus récentes démontrent l’importance de la lenteur et de la profondeur de la respiration.

Et la respiration abdominale?

La respiration abdominale est certes agréable, mais elle ne résout pas tous les problèmes. Elle n’est pas le Saint Graal de la respiration même si indiscutablement elle peut aider à réduire le stress et l’anxiété en ralentissant le rythme de l’organisme.

Ce qui est idéal pour pratiquer la méditation, les exercices de conscience ou calmer les gens et réduire l’anxiété mais c’est juste une autre technique.

Ce n’est pas parce qu’un animal ou un bébé respirent ainsi que c’est la meilleure façon pour les adultes de respirer en permanence de cette façon dans la vie quotidienne. Elle peut devenir un inconvénient quand il s’agit d’agir vite dans une situation d’urgence, de performance sportive ou de fuite. Imaginez Mike Tyson en train de vouloir respirer abdominalement sur un ring pendant un combat. C’est la défaite assurée.

Que penser alors de la relaxation ou de la Méditation?

L’homme passe la moitié de sa vie à se construire des chaînes et l’autre moitié à chercher à s’en défaire et pour cela, il invente pleins de techniques pour briser ces chaines mais cela ne reste que de la technique.

L’environnement fait tout. S’il suffisait de s’assoir tranquillement pendant une heure pour régler tous les problèmes de conflits intérieurs ce serait trop simple.

Il faut parfois passer par le contraire pour obtenir ce que l’on veut atteindre. Le sauteur à la corde ne vas t’il pas vers le bas en premier (direction opposée) pour s’élancer en hauteur et franchir son obstacle?

“Les graines doivent être enterrées dans l’obscurité avant de pouvoir fleurir dans la lumière” – Rebecca Campbell.

La relaxation et la méditation sont une concentration énergétique et non un remède donné à l’homme pour calmer son stress. On peut très bien méditer tous les jours pendant des années mais rester quand même dans la dualité dès que l’on se retrouve dans la vie quotidienne.

Croyez vous sincèrement que les yogis hindous d’autrefois qui vivaient dans l’Himalaya il y a 2000 ans avaient besoin de se relaxer dans l’environnement où ils étaient?

A quoi leur aurait servi la relaxation dans un environnement aussi calme et serein? Quand ils méditaient, en réalité ils recherchaient “autre chose” que se libérer de leur stress ou de leurs tensions nerveuses.

Dans la relaxation, tous les canaux s’ouvrent, les émotions inconscientes qui ont été stockées dans le corps remontent à la surface et l’énergie circule librement. Des souvenirs douloureux, des émotions négatives peuvent survenir.

Il faut laisser faire sans analyser, sans juger. Il faut juste se contenter d’observer.

C’est la force tranquille. Toutes les énergies se concentrent dans une apparente immobilité.

Les hindous ont d’abord « inventé » la relaxation immobile allongée et ensuite des techniques se sont créés au cour des siècles pour la prolonger en étant assis par exemple.

(Bernard Tisné)

Mal de dos et douleurs psychosomatiques

L’histoire de notre vie est écrite à l’intérieur de notre corps

“Une cellule tendue fonctionne mal tandis qu’une cellule détendue fonctionne bien. Quelque soit la façon dont le mal être s’exprime (physiologique, psychologique, somatique…), le travail consiste juste à détendre le système pour qu’il fonctionne autrement et dans cet “autrement”, il y a de la place pour la guérison” – Patrick Chêne, Vétérinaire Ostéopathe et Chants Diphoniques.

La contraction est un repli sur soi.

Les troubles physiques sont souvent causés par une mauvaise circulation sanguine et lymphatique due à l’accumulation de fatigue physique et mentale telle que la fatigue au travail et le stress dans la vie quotidienne.

Il y a beaucoup trop d’attention de nos jours sur les causes mécaniques du mal de dos et trop peu sur les dysfonctionnements de l’esprit et le mal être émotionnel. La fatigue physique finit par devenir une fatigue mentale

Derrière chaque maladie, il y a un déséquilibre nerveux et respiratoire, donc de l’être.

Les premières causes du mal de dos dans nos sociétés modernes sont l’angoisse et la peur permanente de l’individu sur l’avenir.

Il y a de moins en moins de travailleurs de force que dans le passé. Le corps de l’homme est capable d’encaisser physiquement plus de choses que l’on croit.

Le bas du dos succombe souvent à un stress physique et émotionnel et cela concerne souvent la région L4-L5 des vertèbres lombaires.

La peur de perdre ce que l’on a et l’incertitude du lendemain créent plus de dégâts sur le dos que le travail physique de nos jours.

La plupart des blessures au travail sont causées par un stress répétitif au fil du temps. Les tâches effectuées avec une mauvaise posture peuvent entraîner des maux de dos aigus et chroniques et peuvent réduire la productivité et la perte de temps au travail et cette frustration peut entraîner un stress mental supplémentaire.

Les déséquilibres du corps qui sont naturellement réels ont pris la première place mais si les causes du mal de dos étaient seulement mécaniques ou posturales, il y a longtemps que nous autres Français nous aurions résolus le problème mieux que tous les autres pays vu que nous mettons des semelles et traitons tout le monde à grand coup d’électricité ou autres ondes électromagnétiques.

“Quand une articulation a été remise en place chez une personne jeune, elle se rééduque toute seule par le mouvement naturel et à son propre rythme.”

90% des contractions musculaires guérissent toutes seules en sept jours avec du repos. Une plaie bénigne ne guérit-t-elle pas toute seule en une semaine?

———————————

L’ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés. Les contenus sont protégés auprès d’un huissier de justice à Tarbes. Vous pouvez citer librement un article de ce site en mentionnant l’auteur et la provenance.

Bernard Tisné