Entorses et Foulures

Ostéopathie Structurelle – Ostéopathie Viscérale – Libération du Péricarde et du Diaphragme

“Un muscle continuellement tendu ou contracté est en fait un muscle épuisé”

—————————-

Entorses et Foulures

En simplifiant on peut dire qu’une articulation est composé de trois éléments. Muscles – Ligaments – Os. C’est une vision très simpliste, mais qui permet bien de comprendre la pathologie de l’entorse, quelle qu’elle soit

L’entorse se caractérise par un étirement ou une déchirure d’un ou de plusieurs ligaments d’une articulation. La définition d’une entorse est la lésion d’un ou plusieurs ligaments généralement par torsion excessive de l’articulation

Les ligaments sont des haubans tendus d’un os à un autre autour ou au milieu de l’articulation. Leurs rôles est de fixer les os d’une articulation les uns par rapport aux autres. Ils assurent ainsi la stabilité de l’articulation.

Le principe est le même que dans la voile. Les haubans s’étirent légèrement en fonction de la poussée du vent sur la voile mais si la poussée est trop forte en cas de tempête, la corde peut se déchirer .

C’est la lésion par étirement de ces ligaments qui définit  l’entorse.

Tant que l’on reste dans ce cas simple les conséquences ne sont pas grave car il existe plusieurs stades dans une entorse. La simple distension quand le ligament est simplement étiré, la rupture partielle d’un ligament .  

  • La simple distension quand le ligament est simplement étiré.
  • la rupture partielle d’un ligament.
  • Et enfin la rupture de tout les ligaments.

La plus connue est celle des ligaments croisés du genoux.

Suivant l’importance de la blessure  on parlera d’entorse simple ou d’entorse grave (en cas de rupture des ligaments) et dans ces cas là l’ intervention chirurgicale sera nécessaire pour recoudre les ligaments .

Dans le langage commun on ne s’intéresse qu’à la torsion et  on dit bien souvent “je me suis tordu” la cheville mais la réalité est plus complexe que cela.

Les ligaments sont des bandes de tissus fibreux, très résistants et peu extensibles, qui relient les os entre eux, assurant une stabilité aux articulations. Les genoux et les poignets peuvent également subir une entorse (surtout chez les sportifs).

Les symptômes d’une entorse sont : la douleur, une enflure et une difficulté à bouger l’articulation

  • L’entorse légère : étirement des ligaments (foulure) mais les mouvements sont encore possibles. Gonflement de l’articulation dans les heures qui suivent, voire le lendemain. Absence d’ecchymose (bleu).
  • L’entorse modérée : étirement des ligaments avec déchirure partielle. Douleur à l’articulation et mouvements limités. Gonflement de l’articulation en moins de quatre heures et une ecchymose.
  • L’entorse grave : rupture complète du ou des ligaments avec possibilité d’arrachements osseux. Perception d’un craquement ou d’une sensation de déchirure. Douleur intense avec difficulté à bouger l’articulation. Gonflement rapide, en quelques minutes, et une ecchymose.

Les causes d’une entorse sont :

  • Une amplitude anormale de l’articulation (flexion, extension ou torsion).
  • Une grande tension sur l’articulation.
  • Un coup direct sur une articulation.
  • Des entorses antérieures ayant laissées un ligament affaibli.

Sur le long terme les entorses peuvent engendrer de l’arthrose (dégradation du cartilage).

En cas d’entorse au cour d’un match, il faut s’arrêter impérativement. La poursuite de l’activité pouvant aggraver les lésions. Il faut mettre immédiatement de la glace ou de l’eau glacée si on n’en dispose pas et immobiliser l’articulation avec une bande ou autre.

La continuation de l’activité ne peut qu’aggraver la lésion car les muscles étant chauds parfois la douleur n’est pas vraiment ressentie et on ne se rend pas compte de la gravité de son affection.

Les conséquences seront que  la récupération ensuite sera alors beaucoup plus longue. Il vaut mieux perdre 20 minutes de match et pouvoir rejouer prochainement plutôt que de continuer et se retrouver sur le banc de touche pendant deux mois.

Il faut savoir que le plus souvent les victimes d’entorse se retrouvent dans les services d’urgences pour faire une radiographie de l’articulation mais je déplore sans arrêt  dans ma pratique quotidienne que l’on ne leur fasse pas aussi une échographie en complément.

L’échographie permet de visualiser les ligament et de découvrir des lésions associées (arrachement osseux, lésion tendineuse…). Il s’agit d’un examen complémentaire très utile et indispensable qui permet d’améliorer la précision du diagnostic .

Combien de personnes rentrent chez elles avec un simple diagnostic d’absence de fractures et se voient prescrire une attelle et des anti-inflammatoires et de la rééducation par la suite qui ne fera qu’aggraver leur lésion car si on avait vu immédiatement qu’il y avait une rupture ligamentaire ou un arrachement osseux, on aurait éviter de faire travailler cette articulation car tout mouvement même bien fait  ne peut qu’augmenter la gravité  des lésions.

Seul le repos ou l’intervention chirurgicale est nécessaire dans ces cas là.

C’est une aberration très française que d’envoyer des gens en rééducation avec juste un diagnostic osseu sans se préoccuper des tissus ou des ligaments attaché autour de l’articulation. A croire que pour les médecins Français il n’y a que les os qui comptent? Comment prendre une décision quand on n’a en main qu’un seul des trois paramètres?