Médecines manuelles

Réajustement de la colonne vertébrale et des articulations

Bernard Tisné, Ostéopathe D.O exclusif depuis 35 ans, né en 1957, enseignant et créateur de la Méthode Kyma qui réunit la Libération Émotionnelle et les Thérapies Manuelles et Respiratoires.

Spécialiste des Manipulations Vertébrales ou Structurelles et du Reboutement Occidental, ainsi que des Thérapies Manuelles Asiatiques ( Tuina, Chi Nei Tsang, Shiatsu, Yumeiho etc…) acquises au cours de nombreux voyages en Europe, Asie et à travers le monde.

  • 13, impasse des Glycines – 65310 Horgues (4 km de Tarbes, dans les Hautes Pyrénées) – Tel: 06 80 30 08 80
  • Centro de salud Chispadelavida – Avenida Iparralde, 44 – Plta 2° – 20302 Irún (España) – Tel: 06 68 69 09 63

Activer les mécanismes d’équilibre, de stabilisation et de dosages d’efforts imposés par la nature

L’ostéopathie structurelle réajuste le système musculo-squelettique et myofascial ainsi que les éléments vasculaires, lymphatiques et neurologiques correspondants qui lui sont attachés.

Une colonne vertébrale flexible et un système nerveux sans interférence permettent à chaque organe et à chaque cellule de remplir correctement leurs fonctions et d’agir en équilibre avec un rendement de 100%.

Lorsque les vertèbres sont débloquées et dans leurs positions naturelles, le tonus musculaire et l’irrigation sanguine sont normalisés.

Sans les connexions anatomiques et fonctionnelles normales de la colonne vertébrale avec les articulations et les muscles, même les actions les plus simples (rythme cardiaque, maintien de la température corporelle, fonction rénale, maintien de la conscience éveillé) consomment tellement d’énergie qu’au milieu de la journée, le corps a besoin de repos.

Si les connexions ne sont pas en ordre parfait, la sanction est immédiate, la fatigue survient.

Lorsque la colonne vertébrale prend une forme naturelle (absence de pincements des vaisseaux sanguins et des nerfs), les nerfs et les vaisseaux sanguins libérés créent les conditions d’un bon fonctionnement des organes, ce qui redonne immédiatement :

  • Un élan de force et un regain d’énergie.
  • Une restauration de la capacité de marcher, de se pencher et de soulever des poids sans douleur.
  • La capacité de faire du sport à un nouveau niveau et de surmonter le plafond de ses résultats personnels.
  • D’éliminer le développement retardé de la parole et des troubles du mouvement chez un enfant.
  • Une amélioration du sommeil et de la stabilité émotionnelle.

Médecines Manuelles et Ostéopathie Traditionnelle

Ostéopathes, Chiropracteurs, Étiopathes, Médecins spécialisés en Vertébrothérapie.

Les patients cherchent très souvent à connaître la différence entre tous ces praticiens de Médecines Manuelles mais dans toutes les disciplines, il y a forcément des bons et des mauvais praticiens.

Toutes ces méthode sont bonnes et ont fait depuis longtemps leurs preuves et sont toutes dépendantes de deux principes fondamentaux de la médecine, l’anatomie qui est la seule base solide de toutes les disciplines et le mouvement.

Il n’y a que l’habileté et l’expérience du thérapeute qui feront la différence.

Tous ces praticiens ont un point commun, ils pensent qu’une colonne vertébrale saine est très importante pour la santé globale et l’intégrité de tout le corps comme le disait déjà il y a plus de 2000 ans le « Père de la Médecine« .

« En cas de maladie, étudiez d’abord la colonne vertébrale. » – Hippocrate, né vers 460 et mort en 377 av. J.-C.

Ils sont tous formés pour traiter les pathologies suivantes:

  • Sciatalgies, dorsalgies, entorses, luxations etc.
  • Troubles de la posture et scoliose.
  • Maladies aiguës et chroniques de la colonne vertébrale et de tout le dos, etc..
  • Maladies des articulations et des ligaments (arthrite, périarthrite, arthrose, épicondylite radiale et ulnaire, fasciite plantaire, etc.
  • Maux de tête associés à des troubles du système musculo-squelettique.
  • Douleurs musculaires (myalgies).
  • Conséquences des blessures accumulées dans le passé y compris les blessures sportives (ecchymoses, articulations douloureuses, etc.).

Principes de base:

La moelle épinière traverse la colonne vertébrale. La moelle épinière est reliée au cerveau et de nombreux nerfs sont répartis dans tout le corps à partir de la moelle épinière.

Une mauvaise position de la colonne vertébrale affecte tout le corps.

Lorsque qu’un nerf est endommagé ou compressé, sa destination comme les muscles ou les organes internes seront affectés. L’immunité du corps sera également affaiblie.

Si les compressions vertébrales disparaissent par une manœuvre manuelle (quelle soit la spécialité du praticien) l’état de la colonne s’améliore et le pouvoir naturel de guérison du corps peut se remettre en marche.

Articulations et Vertèbres

« Si votre colonne vertébrale est inflexiblement raide à 30 ans, vous êtes vieux. Si c’est complètement flexible à 60 ans, vous êtes jeune. » – Joseph Pilates.

La douleur envoie des signaux à notre cerveau pour nous amener à arrêter, ralentir ou modifier notre comportement.

L’ostéopathie ou les techniques manuelles ne peuvent tout guérir. Vieillir n’est pas une maladie. On finit tous par se rouiller.

Lorsque le mouvement normal des articulations des vertèbres est entravé par un désalignement causé par un traumatisme (accidents, chutes et coups) ou une mauvaise posture, le disque vertébral ou la capsule articulaire qui recouvre les articulations devient enflammé et irrite les racines nerveuses.

Un spasme ou une raideur musculaire se produit et empêche l’apport sanguin à ces structures, provoquant éventuellement de l’arthrose ou une raideur articulaire.

Les déséquilibres articulaires de la colonne vertébrale peuvent irradier de la douleur aux extrémités provoquant des symptômes tels que douleur, picotements ou engourdissement dans les mains, les bras, les épaules, les genoux, les jambes.

La solution est d’ajuster ou de déverrouiller les vertèbres ou les articulations touchées pour retrouver un mouvement articulaire normal.

De nombreux symptômes résultent d’un mauvais fonctionnement mécanique de la structure du corps.

Certains blocages de cette mécanique, en particulier ceux de la colonne vertébrale peuvent perturber les muscles, les nerfs et les vaisseaux sanguins en relation avec les articulations concernées. La suppression de ces blocages articulaires fait disparaître les symptômes.

Le concept Ostéopathique de ”jeu articulaire” , par opposition à celui de « blocage« , signifie qu’il existe un espace entre toutes les surfaces articulaires, analogue à celui qui existe entre une porte et son cadre.

Pour que la porte puisse s’ouvrir et se fermer normalement, cet espace de l’ordre du millimètre doit toujours exister.

La moindre diminution de l’espace entrainera grincements ou douleurs de l’articulation.

Un jour, affligé d’un solide mal de tête, Andrew Taylor Still s’endort un soir la nuque reposant sur un coussin posé sur une corde tendue entre deux arbres. Il se réveille quelques heures après complètement soulagé.

Sa réflexion l’amène à penser que la pression de la corde a écarté les vertèbres et libéré la pression sur les nerfs occipitaux qui lui engendraient la douleur.

Il en déduit aussitôt que pour qu’une articulation ou un viscère fonctionne normalement ils doivent être libres de toutes pressions anormales ou contraintes.

Le moindre déplacement entraine un déséquilibre, source de toutes les pathologies. Plus d’infos

Il décide donc de réunir les deux mots « os » et « pathologie » pour n’en faire qu’un : Ostéopathologie, ou Ostéopathie.

Mal de dos et sciatique

Les maux de dos occasionnels font partie de la vie normale et pratiquement tout le monde éprouvera des maux de dos à un moment ou à un autre. La plupart des cas s’amélioreront avec quelques jours de repos et de soins personnels.

Le désalignement de la colonne vertébrale est également une cause fréquente de maux de dos. Lorsque les nombreuses sections de votre colonne vertébrale ne sont pas correctement alignées, une pression peut être exercée sur vos nerfs, provoquant une douleur généralisée.

Le nerf sciatique est le nerf le plus long du corps. Il va du bas du dos jusqu’aux hanches, aux fesses et aux jambes, où il se termine juste en dessous du genou. Ce nerf contrôle les muscles de la jambe et permet des sensations dans les jambes et les pieds.

Symptômes:

La sciatique provoque généralement une douleur lancinante qui commence dans le bas du dos et irradie à travers la fesse et à l’arrière d’une jambe. Lorsque le nerf sciatique est irrité ou comprimé, la douleur suit. Lire la suite.

Hernies discales, protusions et saillies

L’ hernie discale est un terme utilisé pour décrire une multitude d’affections caractérisées par la saillie d’un organe ou d’une partie d’organe hors de son site normal : hernie à l’aine, hernie ombilicale, etc

Une hernie discale survient si les pressions qui agissent sur le disque intervertébral sont trop importantes. Elle peut également apparaître en raison de l’âge et de l’usure ou si le dos est sollicité constamment par des mouvements répétitifs.

Les disques dégénératifs ou les hernies discales, sauf en cas de traumatisme marqué, sont généralement le résultat d’un stress postural, mécanique et émotionnel soutenu ou répétitif au fil du temps.

Lorsqu’il est dû à un déséquilibre postural, le disque intervertébral reçoit une charge excessive, il se déforme donnant lieu à une protrusion ou une hernie venant entrainer une pression sur un nerf ou sur la moelle épinière.

Ce disque jouant le rôle d’amortisseur entre deux vertèbres s’use ou se déforme avec l’écrasement du à la gravitation et au poids du corps et peut même sortir de son emplacement.

Par des techniques manuelles d’Ostéopathie ou de Chiropractie, en utilisant une force modérée sur les os et les muscles autour de la colonne vertébrale, il est possible de déverrouiller les deux vertèbres affectées ou subluxées et de les repositionner afin de décompresser le disque.

Cela va libérer la racine nerveuse, réduire le symptôme et traiter la cause. En supprimant la pression, la hernie va se fibroser. (En langage populaire on dit que le disque va se sécher au fil du temps).

Dans les cas extrêmes on est parfois obligé d’intervenir chirurgicalement pour libérer les racines nerveuses ou la moelle épinière. Plus d’infos sur les hernies et les protusions discales.

Lumbago ou lombalgie

Une douleur au niveau des lombaires s’appelle un lumbago. Il se situe au niveau du bas du dos. Le plus souvent la douleur apparaît brutalement à la suite d’un faux mouvement ou bien d’un effort pour se relever.

Les vertèbres restent bloquées en position car la contracture des muscles de la colonne entraîne leur déplacement, le tout est associé à une compression du disque intervertébral.

A l’occasion le lumbago est conjoint avec une sciatique c’est une lombo-sciatique. Le lumbago, appelé dans le langage populaire « se faire un tour de rein », peut devenir chronique et entraîner une hernie discale si aucun traitement n’est envisagé.

La lombalgie, est un problème extrêmement courant qui affecte environ 85% de la population à un moment de la vie. Bien que la plainte générale de «mal de dos» soit courante, ses causes sont variées et souvent de nature concomitante, en raison de ses relations anatomiques et de son rôle fonctionnel complexe dans la jonction de la dynamique des membres inférieurs et du bassin au thorax.

La douleur qui semble provenir d’un incident spécifique (c’est-à-dire bouger un canapé ou se pencher en avant) peut en fait représenter l’aboutissement de multiples facteurs (souvent le surmenage ou la fatigue) qui poussent finalement le corps au-delà de son seuil de maintien de l’équilibre interne et le pic soudain entrainant la douleur se produit.

Il est également important de se rappeler que la lombalgie ne signifie pas nécessairement que la cause d’origine du problème se situe dans la colonne lombaire ou dans la musculature environnante immédiate.

Atlas Thérapie

Notre tête, d’un poids de 6 à 8 kg, repose sur la première cervicale. Celle ci nommée Atlas, doit porter et équilibrer tout le poids de la tête.

De nombreuses voies neurologiques passent par cette vertèbre. La moelle épinière émerge du crâne, traverse le canal rachidien de l’atlas puis traverse les corps vertébraux en suivant.

Le déplacement de celle ci, affecte principalement les centres nerveux responsables de la régulation de la tension musculaire, de l’équilibre et de la proprioception.

Par le biais de l’Occiput (bas du crâne), de l’Atlas ( 1° cervicale ) et de l’Axis ( 2° cervicale ) , on traite les douleurs du cou et quelques fois la migraine par l’alignement de la base du crâne et des deux premières vertèbres cervicales avec une technique spéciale. Cette technique de la charnière occipito-cervicale se nomme O.A.A.

Il y a même des thérapeutes à l’étranger qui se consacrent uniquement à cette fonction (Atlas Pro Axis, Vitalogie, Hole in One , Atlas Orthogonal, etc.) .

La colonne vertébrale peut être comparée à une chaîne.

Lorsque le premier maillon (atlas) est tordu, chaque maillon en subit les conséquences perturbant les autres maillons de la chaîne. Le reste du corps se déplacera pour compenser, provoquant ainsi une inégalité de longueur de jambe et ceci entrainera à son tour des douleurs au cou, aux épaules ainsi qu’au bassin et aux genoux.

Si la colonne cervicale supérieure est mal alignée, la transmission nerveuse du cerveau ne sera pas transmise normalement et divers effets indésirables tels que des lombalgies, des épaules raides, des douleurs au cou, des maux de tête, des maux de dos et des troubles nerveux autonomes se produiront.

C’est l’écart entre l’os occipital et les vertèbres cervicales supérieures atlas et axis qui interfère avec cette transmission nerveuse dans le cerveau.

L’ensemble de la colonne vertébrale va tenter de s’adapter à un tel déséquilibre en créant des torsions indésirables importantes de la posture. Lire la suite

Douleurs à la nuque et aux épaules

La plupart des douleurs du cou ou cervicalgies sont associées à une mauvaise posture combinée à une usure liée à l’âge mais la majorité des personnes souffrant de douleurs cervicales souffrent de ce que l’on appelle des douleurs cervicales simples ou mécaniques.

Une simple douleur au cou peut être causée par une mauvaise posture ou une tension dans le cou ou les épaules.

De mauvaises habitudes de sommeil ou une position assise inconfortable peuvent également provoquer des foulures et des entorses dans les tissus mous du cou.

Les douleurs de la nuque ou la raideur des épaules peuvent être causées par des activités quotidiennes telles que l’utilisation d’appareils électroniques, des accidents, des blessures comme un coup du lapin, des chutes, une mauvaise posture, des stress émotionnels permanents.

Celles-ci provoquent le déplacement des os de la colonne vertébrale hors de son alignement normal, ce qui entraîne des subluxations vertébrales. Une pression dommageable est exercée sur les nerfs allant aux épaules, au haut du dos, aux bras et aux mains, provoquant des douleurs ou des courbatures dans ces zones.

L’usure due à l’âge peut aussi contribuer à la douleur au cou. En vieillissant, de par la dégénérescence des disques intervertébraux, les coussinets absorbant les chocs entre les os du cou peuvent se rétrécir, ce qui peut causer de la raideur, de la douleur et rendre les mouvements difficiles.

La douleur au cou est très courante. La plupart des gens souffriront d’un ou plusieurs épisodes de cervicalgie au cours de leur vie. Dans de nombreux cas, cela commence soudainement et s’améliore rapidement, sans aucun traitement. Plus d’infos sur les cervicalgies

Torticolis

Le torticolis se caractérise par une contracture musculaire douloureuse du cou qui touche le plus souvent le muscle sterno-cléido-mastoïdien (gros muscle du cou), mais peut également toucher d’autres zones comme le trapèze.

Les causes d’un torticolis peuvent être congénitales, infectieuses, traumatiques, orthopédiques, malformatives ou neurologiques.

Il existe plusieurs sortes de torticolis :

  • Torticolis bénin : survenant au réveil à cause d’un mauvais mouvement.
  • Torticolis spasmodique : qui intervient brusquement et se caractérisant par des contractions musculaires violentes des muscles du cou.
  • Torticolis congénital : touchant environ 4 enfants sur 1000 et généralement provoqué par une position exceptionnelle de l’enfant dans l’utérus.
  • Torticolis symptomatique : dont l’origine est neuro-articulaire, infectieuse ou post-traumatique, qui perdure pendant plusieurs jours et qui réapparaît régulièrement.

Les symptômes sont :

Douleurs et mouvements du cou très limités avec une domination d’un seul côté ce qui fait que la tête penche donc vers le côté non touché. Ces contractures sont parfois ponctuelles ou chroniques.

Les cas mineurs de torticolis peuvent disparaître après quelques jours de repos.

En l’absence de cause organique connue, il faut envisager l’hypothèse d’un trouble fonctionnel neurodystonique et dans ce cas l’imputation est donnée à la fatigue et au sommeil.

Vertiges positionnels, étourdissements et oreille interne

Le système d’équilibre du corps fonctionne grâce à un système constant de détection de positions, de rétroactions et d’ajustements en utilisant la communication entre l’oreille interne, les yeux, les muscles, les articulations et le cerveau.

Au fond de l’oreille, positionnée juste sous le cerveau, se trouve l’oreille interne. Alors qu’une partie de l’oreille interne permet l’audition, une autre partie, appelée système vestibulaire, est conçue pour envoyer des informations sur la position de la tête au centre de contrôle des mouvements du cerveau, le cervelet.

Toute perturbation à cette oreille provoque une confusion extrême au cerveau. Les vertiges sont un symptôme, non un diagnostic, car très souvent les vertiges sont d’origine bénigne, souvent liés à des troubles de la posture du rachis cervical et dorsal. On les appelle Vertiges Positionnels.

Les causes les plus courantes comprennent les vertiges positionnels bénins, la maladie de Ménière et la névrite vestibulaire (une inflammation ou l’irritation du nerf).

Il existe d’autres causes d’étourdissements, telles que les médicaments, les otites, un traumatisme crânien et une pression artérielle basse. Le déséquilibre musculaire oculaire, peut également entraîner des troubles de l’équilibre. Lire la suite.

Douleurs sources et douleurs référées

Lorsqu’on souffre ou que quelque chose ne va pas dans notre corps, on ne peut pas forcement se fier aux symptômes pour définir le cœur du problème.

Les symptômes sont souvent générés à partir de points précis dans le corps qui ne se trouvent pas forcement à proximité de la zone de la douleur ou du dysfonctionnement.

Lorsqu’une douleur apparait dans une zone particulière, on est susceptible de l’interpréter comme un signal indiquant qu’il y a un problème dans cet endroit, ce qui peut être le cas … ou non.

Il est fréquent que la douleur apparaisse dans une zone du corps éloignée de la source du problème. Elle porte un nom, la douleur référée.

Contractions musculaires

Une contraction musculaire ou un spasme musculaire est due à la contraction d’une partie d’un muscle qui se resserre soudainement en se vrillant, formant un nodule de raideur variable.

La contraction est involontaire, laissant le muscle de la partie affectée en tension permanente. Un muscle dans sa fonction naturelle se contracte, se dilate et s’étire mais une fois contractée, la zone affectée est rigide et douloureuse. Les zones proches de la contracture deviennent tendues et enflées et peuvent être ressenties au toucher comme une bosse, un nœud ou un nodule douloureux.

Plusieurs causes peuvent contribuer au développement de contractions musculaires.

  • Une fatigue musculaire ou mentale (stress, épuisement nerveux, peur du lendemain)
  • un étirement trop poussé souvent accidentel
  • une déshydratation qui cause une carence en sels minéraux et vitamines suite à un excès sportif ou pratiqué dans une température extérieure très élevée

Les contractures sont l’une des principales causes de défaillance articulaire ou vertébrales, puisque la contraction soutenue du muscle tire et va dévier au fil du temps l’os ou la vertèbre attachés au tendon dudit muscle.

Traiter les contractures à temps les empêchera de se calcifier et de former une fibrose, évitant ainsi la nécessité de chirurgies douloureuses et de réhabilitations. Pour en savoir plus

Et l’arthrose alors !

C’est une fatalité ma pauvre dame ! C’est la hantise des Patients et de leurs Médecins. Elle concerne 60% des personnes de plus de 60 ans et c’est la seconde cause d’invalidité en France.

Elle est déclinée comme une usure prématurée des cartilages et des os des articulations. De nos jours la recherche médicale s’appuie avant tout sur les médicaments pouvant renforcer la résistance à l’usure du cartilage.

Encore une fois, la question, c’est pourquoi ? Pourquoi ce cartilage finit-il par s’éroder dans une articulation particulière et pas ou moins, dans une autre ? La réponse est très simple: question de frottement.

Pour saisir le sens de ce qui se passe dans les articulations, il faut visualiser un système à base d’engrenages. Aussi longtemps que les engrenages sont dans le même axe, tout va bien, le système œuvre avec un minimum d’usure.

Si les engrenages ne sont plus dans le même axe, aussi minime que soit ce décalage axial, des tensions anormales dans les engrenages vont d’abord apparaître : les douleurs musculaires et ligamentaires que les patients perçoivent au commencement.

Par la suite, au fur et à mesure qu’un engrenage frotte de travers sur un autre engrenage, cela va engendrer une usure anormale des engrenages. Cette usure anormale c’est l’arthrose.

Le traitement de l’arthrose, ce n’est pas la gymnastique qui répète tout le temps les frottements anormaux sur un organisme fonctionnant de travers !

L’arthrose précoce peut survenir par la pratique intensive du sport surtout si on commence jeune ou si on force trop son talent et si on a eu des accidents répétés.

La méniscectomie, largement appliquée après les accidents sportifs ou non, déséquilibre l’articulation du genou et les articulations voisines et finit par mener à l’arthrose dans 30 à 60 % des cas.

Il faut avoir à l’esprit qu’en ce qui concerne l’arthrose ce n’est pas les déformations osseuses ou articulaires qui font endurer les douleurs. Ceci est confirmé par l’expérience des médecins sur des radiographies affichant des lésions importantes chez des patients qui ne souffrent d’aucunes douleurs.

Et inversement certaines personnes endurent des douleurs atroces bien que les radiographies ne montrent presque rien. A partir d’un certain age tout le monde à de l’arthrose.

Ce qui souffre le plus autour des articulations ce sont les tissus mous qui ne sont pas visibles sur une radio ainsi qu’une mauvaise circulation du sang!

Un patient qui souffre le matin en ayant passé une radio, c’est le même patient et la même radio, quand il ne souffre plus le soir !

Le sport et le mouvement sont très importants certes, mais vouloir faire de la marche quand on a les genoux et les hanches complètements usés est aberrant. Le vélo d’appartement est certainement le meilleur sport pour une personne âgée car il n’y a aucune contrainte lié à la masse corporelle.

L’arthrose est aussi une forme de rouille de l’organisme crée par l’absence de mobilité.

Prenons un écrou et une vis et mettons les dehors pendant 1 an. Ils vont se rouiller et se souder l’un à l’autre. Le fait de les visser et de les deviser de temps en temps empêchera la rouille de s’accumuler et ils seront libre de mouvements.

C’est le principe de base de l’Ostéopathie. Faire bouger les articulations que le patient ne peut pas faire lui même l’une part rapport à l’autre pour permettre à l’énergie nerveuse et sanguine de circuler librement.

La Posture, c’est les Émotions

Contrairement à la croyance populaire, la posture est contrôlée par le cerveau

« Plus une personne est déformée mécaniquement, moins il y a d’énergie disponible pour la réflexion, le métabolisme et la guérison ». – Dr Roger Sperry.

En 1981, le Dr Roger Sperry, neurologiste a remporté le prix Nobel de médecine lorsqu’il a découvert que 90% de l’énergie produite par le cerveau est utilisée pour équilibrer notre corps dans le champ gravitationnel de la Terre.

Les résultats de ses recherches ont démontré que si notre corps est déformé mécaniquement (déséquilibre), il commence à affecter les 10% de l’activité du cerveau qui contrôle toutes les autres fonctions du corps, telles que la respiration, la circulation, la digestion, la production d’hormones, etc.

Les centres de contrôle postural dans le cerveau couvrent principalement deux zones: le cervelet et le tronc cérébral.

Le cervelet reçoit des messages sur la position du corps de l’oreille interne, des yeux, des muscles et des articulations, et envoie des informations pour effectuer les ajustements posturaux nécessaires au maintien de l’équilibre.

Son action conjointe avec le tronc cérébral parvient à nous maintenir debout, équilibrés par rapport à la gravité, en vérifiant constamment les capteurs qui détectent les réactions de notre corps et de notre environnement.

Si, avec le temps, des problèmes surviennent à n’importe quel niveau, le corps essaiera d’abord de compenser d’une manière ou d’une autre jusqu’à ce qu’il le puisse (épaule la plus haute, rotations du bassin, attitudes de la scoliose, tête inclinée en avant).

A un certain moment, cependant, cette capacité à compenser atteindra sa limite. Elle sera constituée par la somme de ces ajustements et fera apparaître les premiers signes d’un dérèglement des chaines musculaires avec toutes les conséquences que cela entraine, (maux de tête, cervicalgie, névralgie, défauts de mastication et d’occlusion dentaire, mal de dos, lumbago, sciatique, douleur d’épaule, bras, hanches, genoux, à la cheville).

Ventre, émotions et second cerveau

Les viscères sont un ensemble d’organes de la cavité abdominale. Ils ont des surfaces glissantes et sont attachés aux parois des cavités corporelles et à la colonne vertébrale par des ligaments. Lorsque la colonne vertébrale bouge, les organes qui y sont attachés doivent également bouger.

Le massage de la région abdominale qui s’appuie sur les cinq systèmes majeurs du corps : vasculaire, lymphatique, nerveux, musculaire et énergétique (Chi) pour les chinois et ( Ki) pour les Japonais se fait par l’Ostéopathie Fonctionnelle. Ces systèmes sont connectés au centre abdominal où le stress et les tensions contenues s’accumulent et peuvent causer des perturbations.

Par un massage des organes internes de l’abdomen, on arrive à relâcher ces tensions, autour du nombril, intestin grêle, gros intestin, foie, estomac, rate et reins pour rétablir les mouvements naturels et la circulation des énergies dans le corps qui ne circulaient plus parce qu’il n’arrivait pas à les « digérer ».

Le stress conduit bien souvent à des blocages intestinaux cause de bien des douleurs abdominales (ballonnements, gargouillis, crampes d’estomac, tensions, maux divers en plus de l’inconfort permanent qui en découle). Combien de Coloscopies sont faites chaque année à des personnes à qui on ne trouve rien mais qui souffrent de maux de ventre permanents? Toutes les émotions que nous n’avons pas acceptées, mal vécu, pas digéré, dans notre passé, restent bloquées, piégées dans les organes et tissus du corps.

Par des manipulations simples sur toute la région du ventre, en agissant sur le système digestif, on agit sur les organes internes et on parvient à relâcher ces résistances physiques, émotionnelles ou mentales qui génèrent tous ces troubles, ainsi que sur toutes les conséquences qui peuvent lui être associées, (constipation , ballonnement , gastralgie , douleur abdominale , règles douloureuses…etc).

Pour les Japonais la région du ventre est appelée HARA et c’est la raison qui fait que quand ils se suicident par le Hara-Kiri, l’épée doit être enfoncée dans le ventre à deux centimètres sous le nombril car cela libère l’âme, car ils ne conçoivent pas une mort réelle sans la destruction de ce centre énergétique encore plus important que le cerveau à leurs yeux, car source de l’énergie « ki » que l’on retrouve dans les arts martiaux (Aïkido, etc…)

Le Dr Henri Huchard, cardiologue célèbre du début du XXème siècle, avait supprimé l’administration de digitaline à ses patients au profit de massages abdominaux. Les effets étaient similaires en excluant tout risque d’intoxication et d’effets secondaires.

Bon à savoir:

Avant toute Hydrothérapie du Colon, pour un meilleur résultat, il faut impérativement préparer la région du ventre et de l’abdomen pour aider les organes internes à se libérer et reprendre leur fonction. A quoi sert de vidanger et de rincer si les causes du non fonctionnement ne sont pas éliminées?

Prévention et traitements des déséquilibres du système musculo-squelettique

Les maux de dos peuvent toucher des personnes de tout âge pour différentes raisons. À mesure que les gens vieillissent, le risque de développer une douleur au bas du dos augmente en raison de facteurs tels que l’activité professionnelle ou sportive antérieure et la maladie dégénérative du disque.

Les douleurs articulaires peuvent créer un inconfort gestuel, une douleur ou une inflammation provenant de n’importe quelle partie d’une articulation y compris le cartilage, les os, les ligaments, les tendons ou les muscles.

Les blessures sportives sont généralement causées par une surutilisation d’un muscle ou d’une articulation, un choc direct ou l’application d’une force supérieure à ce que la partie du corps peut supporter structurellement. Il existe deux types de blessures sportives : aiguës et chroniques.

Infos générales

Votre Ostéo ne prend pas les bébés ou les nourrissons mais continue le travail sur les douleurs de la femme enceinte avant l’accouchement ainsi que le replacement du bassin en équilibre le plus souvent antéversé après la grossesse et le repositionnement du sacrum et du coccyx souvent en extension.

Je pratique une médecine de traitement manuel qui a pour but de remettre les os, les muscles, les organes, les viscères, les glandes, etc. en situation d’équilibre donc de liberté pour pouvoir mieux fonctionner.

J’utilise des techniques manuelles de palpations, pressions, tractions, et d’élongations, ainsi que des manipulations vertébrales et crâniennes qui permettent d’intervenir sur les blocages musculaires, nerveux, tendineux, ligamentaires, en évitant la prise d’un médicament.

—————————